Vos écrits
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le deal à ne pas rater :
DADYPET Jouet pour Chat interactif avec Plume rotative à 10,23€
10.23 €
Voir le deal

focale (18)

Aller en bas

focale (18) Empty focale (18)

Message  seyne le Mer 5 Fév 2020 - 12:30

Tu es sorti malgré le froid, malgré cette humidité sur les trottoirs qui reflète la lumière d’un ciel bas. Sur le boulevard, il y a un double ligne d’arbres, élagués jusqu’à ressembler à des morts verticaux, bras figés vers le ciel. Entre eux, si éloignés de leur nature, si enserrés de grilles, si réduits à la similitude, on voit la lumière qui fait comme un chemin étroit. Et devant toi, à contre-jour, un homme massif qui porte une cape, un chapeau melon et un parapluie. Il vient de tourner vers toi son visage léonin, féroce.
En fait, tu le suivais depuis un certain temps, accordant dans la rue déserte ton pas au sien, comme si tu hésitais à le dépasser, à prendre le risque de te trouver à sa hauteur. Et puis, il marchait à la même vitesse que toi, à peu près.
Il y avait quelque chose de comique dans cette silhouette : le rond du chapeau, la cape semblable à une grande tulipe noire renversée, le reflet vague de l’ensemble sur le bitume mouillé.
Tu avais des chaussures bruyantes, il ne pouvait pas ignorer ton pas qui le suivait. Mais quoi de plus banal ? : on marche dans la rue un dimanche d’hiver, il fait un temps décourageant, quelqu’un marche derrière vous.
Pourtant, il ne devait pas trouver cela si anodin. Après cinq minutes peut-être de cette progression équidistante, il s’est arrêté, il a pivoté sur ses talons et il t’a attendu. Il n’y avait rien à craindre: un vieil homme à moustache, qui ressemblait un peu à Clémenceau, attendait que tu arrives devant lui, passant ordinaire. Toi tu regardais à droite - sans aucun naturel - les boutiques fermées, pour ne pas affronter son regard braqué. Pas moyen de bifurquer dans une rue perpendiculaire. En arrivant devant lui tu as bien été forcé de le regarder. Alors il t’a poussé brusquement, de son poing ganté qui tenait le parapluie. Une poussée dans la poitrine, comme on écarte un obstacle, comme une agression d’enfants qui n'ont pas encore de langage. Tu as fait un pas déséquilibré, un écart, puis tu as continué à marcher, à peine plus vite, en le dépassant.
Tout cela était si primitif, si éloigné des codes. Cela allait avec son regard enfoncé et brûlant. Tu t’es hâté pour retrouver un lieu habité, des amis à qui raconter cette histoire sans parole, incompréhensible.
seyne
seyne

Nombre de messages : 1099
Age : 68
Date d'inscription : 19/03/2013

http://www.angle-vivant.net/claireceira/

Revenir en haut Aller en bas

focale (18) Empty Re: focale (18)

Message  Yoni Wolf le Mer 5 Fév 2020 - 13:17

Ca dit beaucoup. Parfois les choses sont inouïes. Parfois les mots manquent, tant la chose est incongrue. Même nos pensées peuvent être irracontables. Ici, comme à ton habitude on est dans le détail, c'est extrêmement graphique (voire même cinématographique puisqu'il y a mouvement) chaque mot permet de voir une partie de l'ensemble, et au final, tout est limpide.
Bravo.
Yoni Wolf
Yoni Wolf

Nombre de messages : 888
Age : 31
Date d'inscription : 28/03/2011

http://lespigeonsecrases.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

focale (18) Empty Re: focale (18)

Message  So-Back le Jeu 6 Fév 2020 - 9:59

belle description , on imagine bien le scénario que tu as mis en place,
et le fait de dire que ce qui lui importe c'est de rentrer chez lui et de raconter la scène
beaucoup aurait eu une altercation physique et verbale

bravo
So-Back
So-Back

Nombre de messages : 3349
Age : 97
Date d'inscription : 04/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

focale (18) Empty Re: focale (18)

Message  coline dé le Ven 7 Fév 2020 - 13:01

L'art de rendre étrange une déambulation dans un lieu ordinaire... C'est, comme toujours, extrêmement précis, fouillé, sensible et les descriptions de l'extérieur se doublent d'un regard intérieur.
coline dé
coline dé

Nombre de messages : 350
Age : 20
Date d'inscription : 24/12/2019

Revenir en haut Aller en bas

focale (18) Empty Re: focale (18)

Message  seyne le Lun 10 Fév 2020 - 17:52

Merci à tous.
C’est drôle, il a fallu 18 photos pour que je me pose cette question : ce qui déclenche l’écriture d’un de ces petits textes n’est-ce pas exactement ce qui a déclenché l’index d’Henri Cartier Bresson ? Est-ce que je ne suis pas hantée par le même sentiment complexe ?
Ici, l’expression léonine du visage assez féroce qui se détache sur ces arbres-moignons ? La tenue particulière. Et la dernière fois la blancheur neigeuse de ces dalles, la silhouette noire des petites tables, la silhouette pliée ?
Lui voit, cadre, appuie, développe, choisit. Et moi presque cent ans après tente de dire ce qu’a mon tour j’ai vu. Peut-être c’est prétentieux de se dire cela, tenter une traduction dans un autre art.
seyne
seyne

Nombre de messages : 1099
Age : 68
Date d'inscription : 19/03/2013

http://www.angle-vivant.net/claireceira/

Revenir en haut Aller en bas

focale (18) Empty Re: focale (18)

Message  Polixène le Sam 15 Fév 2020 - 8:36

Non non rien de prétentieux à tenter de définir ses propres ressorts. (Il y a quelques jours , sur FranceCulture , une évocation de Cartier-Bresson bien ficelée justement sur ce photographe devenu une référence comme malgré lui. )
Et ton écriture partage avec son œuvre visuelle cet art de capturer l'instant unique, précis, fugitif. Mais tes textes donnent la parole aux protagonistes, on vit la photo de l'intérieur en somme.
Polixène
Polixène

Nombre de messages : 3197
Age : 58
Localisation : Dans un pli du temps
Date d'inscription : 23/02/2010

http://polixenne.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

focale (18) Empty Re: focale (18)

Message  'toM le Jeu 27 Fév 2020 - 15:52

Là où Robert Doisneau enferme, dans une histoire qu'il a déjà écrite, Cartier-Bresson, ou Brassaï, et quelques autres ouvrent une boîte. Tu y pénètres, c'est le mot juste, je crois. Je ne vois pas les arbres élagués comme des silhouettes de morts. Parfois on appelle ça des "trognes", et ton homme à la cape est dans ce ton, de personnage élagué, brut de tronc.
Fort, aussi, l'instantanéité du moment de bousculade. C'est inattendu, violent, parfaitement explicité, et tout de suite on est déjà sorti du moment. 10 mètres plus loin. Pas de la scène, pas de l'émotion, pas de la brutalité, mais du moment.

'toM
'toM

Nombre de messages : 197
Age : 64
Date d'inscription : 10/07/2014

Revenir en haut Aller en bas

focale (18) Empty Re: focale (18)

Message  Sahkti le Sam 30 Mai 2020 - 9:56

Une description très visuelle, très sonore aussi. A travers tes mots, j'entends distinctement les pas qui résonnent et le souffle court. Je devine aussi la lumière, la rue, l'ombre et les regards. Une description efficace, concise et détaillée à la fois (équilibre pas toujours aisé à trouver).
Le format est adapté avec justesse à l'histoire. Bien vu seyne, c'est plus que plaisant.
Sahkti
Sahkti

Nombre de messages : 31528
Age : 46
Localisation : Suisse et Belgique
Date d'inscription : 12/12/2005

Revenir en haut Aller en bas

focale (18) Empty Re: focale (18)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum