Vos écrits
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le deal à ne pas rater :
Cdiscount :1 jouet acheté = 1 jouet offert
Voir le deal

Enfin de l'air

Aller en bas

Enfin de l'air Empty Enfin de l'air

Message  Chako Noir le Mar 7 Avr 2020 - 17:22

Il fût décidé que cette réunion impromptue du syndicat serait suivie par absolument tout le monde. Il y aurait sans doute quelques protestations, de nombreux cris et, malheureusement, inévitable, de la douleur.
Mais jamais la situation n'avait été aussi grave et, paradoxalement, heureuse.
- Alors ça y est, il s'en va ? se risqua une première voix.
- Lui qu'on avait si gentiment accueilli !
- Il va nous manquer.
- Quel toupet.
- Quelle tristesse !
Mais il est une voix au son de laquelle les autres se taisent, et qui ne parle qu'en grondant :
- Nous manquer, nous manquer... à moi, si vous voulez mon avis, et même si vous ne le voulez pas, à moi il ne manquera pas. J'étouffais, moi, en sa compagnie. Je fournissais toujours plus de travail. Et même, plus j'étais à la peine, plus monsieur prenait ses aises ! Monsieur grandit, m'a-t-on dit, il faut laisser faire et ne pas rechigner sur son sort, m'a-t-on dit.
- Tu exagères, nous avons tous fait des efforts pour que tout se passe bien !
- Peut-être, mais moi, au bout d'un moment, c'en est trop à digérer.
- Justement, sois content, il s'en va !
- Oui, mais...
Pour la première fois, l'estomac se tût. Les intestins, habituellement de son côté, se firent tout petit. Leurs voisins, les abdominaux, roulèrent des mécaniques :
- Écoutez, à partir de maintenant, nous prenons la situation en main. Au-dessus de nous la peau n'en finit plus de se tendre, et nous-mêmes sentons bien que ce n'est plus possible de continuer ainsi. Mais pensez, mes amis, pensez à combien nous serons récompensés. Pensez, déjà, à tous ces bols d'hormones qui nous ont stimulés. Pensez comme, au bout du compte, nous serons heureux d'avoir traversé cette grande aventure en toute harmonie.
Le cerveau, d'habitude si prompt à ajouter son grain de sel, se contenta de hocher la tête – ce qui surprit plus d'un ! – comme s'il acceptait, pour une fois, de laisser les commandes.
Encouragée, utérus leva la main timidement.

- Mes chers voisins, je sais que beaucoup d'entre vous, jusqu'à il y a quelques mois, s'étaient demandé à quoi je servais, et je m'étais faite chétive, patientant dans mon coin, jusqu'au jour où je pourrais, moi aussi, prouver ma valeur. Et puis voilà que, récemment, tout récemment quand on pense au temps vécu ensemble jusque là, j'ai pris une place, la place qui m'était destinée, enfin ma place. J'ai grandi, me suis épanouie et, grâce à vous, à votre accompagnement, je peux enfin mener ma mission à terme. Je ne saurais exprimer les mots justes pour me remercier, vous avez su m'accueillir dès les premiers changements.
L'estomac ne masqua pas une toux agacée, se remémorant les nausées des premiers mois qu'il avait peu appréciées. Plusieurs organes lui jetèrent un regard noir. Utérus, qui s'exprimait d'une voix douce, sembla s'assombrir, comme si elle regrettait d'être allée trop loin.
Les poumons anticipèrent :
- Chère utérus, c'est un honneur d'être à tes côtés, et ensemble nous allons prendre une grande inspiration pour gravir les derniers mètres avant le sommet. Bientôt cette route touche à sa fin et nous savons que tu ressens, au fond de toi, l'impatience de toucher au but.
- Merci, mes amis. Quant à la patience, la voilà qui se termine. Le but, c'est maintenant que je l'atteint.

Une grande secousse ébranla toute la copropriété. D'utérus, concentrée comme jamais, venait de jaillir une fontaine. Les abdominaux, premiers à reprendre pied, durcirent à leur paroxysme pour faire face à la situation. Les poumons se gonflèrent, dégonflèrent, rapidement, très rapidement, comme s'ils voulaient créer un ouragan propice à faire décoller et maintenir dans le ciel tout cet édifice au bord de l'effondrement.
- Tout... est... sous contrôle ! rugirent les abdominaux avec difficulté.
- Signaux d'alarme activés, alerte maximum, cessez toute occupation pour prendre part à l'urgence ! martela le cerveau.
Seule, utérus, fermant les yeux, affichait une sérénité inattendue.
- N'ayez crainte, mes amis, tout se passera bien, dit-elle d'un ton qu'elle voulait réconfortant.
Les jambes se mobilisèrent, poumons et abdominaux tentèrent de se coordonner, estomac fulmina, vessie baissa les bras, cerveau ne savait plus où donner de la tête.
Utérus tentait de rassurer tout le monde.
Utérus savait ce qu'elle faisait.
Et puis.
Et puis...

Au terme d'interminables efforts, le temps se suspendit.
Tout le monde retint son souffle.
Les abdominaux, en sueur et endoloris, se congratulèrent en silence, comme une équipe sportive victorieuse célébrant le gain du plus prestigieux des championnats.
L'estomac se tut, les poumons se détendirent, le cerveau s'émerveilla.
Le cordon, seul, accompagna, tenta de maintenir le lien encore quelques précieux instants.
Utérus, les yeux baignés de larmes, prononça un adieu.

Une fois dehors, l'enfant agita ses bras, ouvrit grand sa bouche et ses poumons.
De l'air, enfin, de l'air !
Chako Noir
Chako Noir

Nombre de messages : 5441
Age : 30
Localisation : Neverland
Date d'inscription : 08/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Enfin de l'air Empty Re: Enfin de l'air

Message  HELLION le Mar 7 Avr 2020 - 17:44

Que voilà une chute inattendue !

Cette aventure viscérale qui met aux prises des acteurs bienveillants et tous acquis à la même cause est amusante. On imagine la complicité du petit personnel. .  Tiens, au fait à propos de l'épisode précédent :



HELLION
HELLION

Nombre de messages : 435
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum